Les propos (1) du président Macron ont enflammé les esprits … algériens surtout. Mais parmi beaucoup de réactions j’ai été agréablement surpris par celle d’un Algérien, qui se démarque nettement en parlant de « colonisation hallal et colonisation haram« , pointant du doigt la partialité de ceux qui s’excitent sans recul et sans modération. Cet Algérien c’est Amine Zaoui qui est écrivain par ailleurs; voici un extrait de sa chronique sur le journal Liberté :

« Dans l’imaginaire algérien construit sur une lecture faussée de l’Histoire de son pays, il existe une colonisation méchante et une autre douce ! Aux yeux de l’Algérien, la colonisation ottomane-turque de notre pays et qui a duré plus de trois siècles est une colonisation douce, sucrée comme le baqlawa ! Et que la colonisation française qui a duré presque un siècle et demi est une colonisation dure, sale comme un porc !
Certes, et sans nuance aucune, la colonisation française est une colonisation sauvage, oppressive, violente et injuste, mais la colonisation ottomane-turque, elle aussi, était une colonisation de viol, de vol et de violence. N’oublions pas que la colonisation ottomane-turque a offert notre pays à la colonisation française sans aucune résistance et sans regret !

Nous avons mal écrit notre Histoire. Nous avons mal enseigné notre Histoire. Dans l’imaginaire algérien, parce que la colonisation française est chrétienne, donc elle est méchante. Et parce que la colonisation ottomane-turque est musulmane, donc elle est adorable ! De ce fait, on condamne la colonisation chrétienne et on pardonne à la colonisation musulmane. On énumère les atrocités de la première et on ferme les yeux sur les atrocités de la deuxième. Qu’importe la colonisation, elle demeure un acte barbare contre l’humanité. Qu’importe la religion du colonisateur, ce dernier demeure un violeur de la dignité du peuple colonisé. Devant les droits humains universels, toutes les colonisations sont égales. »

Les mots en gras sont de nous et non de l’auteur qui remarque que la réaction épidermique, y compris celle des journalistes et des intellectuels, a pour origine l’opposition entre l’islam et le christianisme. C’est en cela que nous ne sommes pas d’accord car, contrairement à l’islam qui a fait toutes ses conquêtes au nom d’Allah et de Mohammed, aucune colonisation ne s’est faite au nom du Christ, parce que le Christ n’a jamais appelé à la conquête du monde et n’a jamais eu d’armée. Dire en conséquence que « la colonisation française est chrétienne » est une grave erreur. La colonisation française a été menée par la République, qui a éliminé la monarchie française dans le sang et a confisqué les biens de l’Eglise catholique. Et en laïcisant le pays la république déchoit le catholicisme de son statut de religion d’Etat. Puis l’administration française, devenant entre temps de plus en plus anticléricale (de 1830 à 1905), va même spolier l’Eglise catholique de ses biens et expulser d’abord les congrégations enseignantes (les Jésuites notamment) en 1880 puis les ordres religieux en 1903. Et pour finir, à la suite de la loi de séparation de 1905 l’Eglise et de l’Etat français, devient propriétaire, via les communes, même des lieux de culte catholique.

En revanche il est vrai que la majorité des militaires engagés dans la colonisation sont des chrétiens. Mais on ne peut pas dire que la colonisation de l’Algérie par la France a été une oeuvre chrétienne. En revanche celle du pays amazigh (berbère) par l’état omeyade a bien été une oeuvre islamique, pour imposer la religion de mahométane.

(1) Selon « le Monde », Emmanuel Macron a déclaré qu’après son indépendance en 1962, l’Algérie s’est construite sur « une rente mémorielle », entretenue par « le système politico-militaire ». Toujours dans des propos cités par le journal, il a critiqué « une histoire officielle totalement réécrite » par Alger qui « ne s’appuie pas sur des vérités » mais sur « un discours qui repose sur une haine de la France ».