• Docteur en Droit Canonique, c’est en tant que spécialiste de cette discipline juridique que le cardinal Raymond Leo Burke s’exprime à propos du Motu proprio “Traditionis Custodes” du Pape François. Parce que “cette loi impose vis-à-vis de l’Usus Antiquior (UA i.e. la forme extraordinaire du rite romain) des restrictions qui annoncent son élimination définitive“, le cardinal pointe ses anomalies juridiques, ses contradictions. Se basant sur “une grande expérience, depuis de nombreuses années et en de nombreux lieux différents, des fidèles qui rendent régulièrement un culte à Dieu selon l’UA […] attirés par la sacralité de l’UA“, il dénonce les fausses accusations de “séparatisme” dont la majorité d’entre eux sont l’objet:

[…] En toute honnêteté, je dois dire que ces fidèles ne rejettent en aucune façon « l’Église et ses institutions au nom de ce qu’on appelle l’“Église véritable” ». Je ne les ai pas non plus trouvés hors de la communion avec l’Église, ni source de division au sein de l’Église.

 Raymond Leo Burke a été nommé (06-05-2008) à de très hautes responsabilité par Benoît XVI, en tant que membre de deux congrégations du Vatican: Conseil pontifical pour les textes législatifs et la Congrégation pour le clergé. Le 27-06-2008, le pape le nomme préfet du Tribunal suprême de la Signature apostolique (l’un des tribunaux dits « du Siège apostolique »). Puis le 17-10-2009, il le nomme membre de la Congrégation pour les évêques.

Il est fait cardinal par Benoît XVI lors du consistoire du 20 novembre 2010.

L’intégralité de la déclaration du cardinal est reproduite ci-dessus en format Pdf.

 

Chargeur En cours de chargement…
Logo EAD Cela prend trop de temps ?

Recharger Recharger le document
| Ouvert Ouvrir dans un nouvel onglet

Télécharger