De très beaux chants durant la messe solennelle pour la fête de saint Augustin. La chorale était composée de belles voix.

Voir les audios ci-dessous.

Pour ce qui est de la visite commentée en français, elle a pu se faire grâce au frère Abel, de la communauté des Augustins. Avec lui que tous ceux qui nous ont accueillis soient ici remerciés, une fois de plus.

1ère partie de la visite commentée par le frère Abel de la Basilique San Pietro in ciel d’oro, à Pavie, où reposent les reliques de notre ancêtre dans la foi UGUSTAN de Thagaste, plus connu sous le nom de saint AUGUSTIN, mort en 430 à Hippone, l’actuelle Annaba, en Algérie. 2ème partie

Présentation de notre groupe à l’assemblée (en italien) lors des vêpres qui ont précédé la messe.

Kyrie (demande de pardon)

Chant et prière universelle. Autre chant.

Chant final

NDK l'entrée de la basilique NDK l'autel et le reliquaire NDK les pèlerins à la cérémonie du 28/08/10

L’entrée de la basilique, l’autel et le reliquaire, les pèlerins le 28/08 à la cérémonie

>>> Avec l’aide de notre ami Peter, voici la traduction d’un article paru dans le journal AVVENIRE le 25/08/10
< < <




“Avec Augustin, de l’islam à Jésus”

Un groupe de maghrébins convertis, pèlerins à Milan et Pavie

Par Lorenzo Fazzini

Christophe s’appelait Mohammed, jadis. Un nom qui contient une identité précise: être musulman. Arrivé en France de l’Algérie il reçut une “première annonce” de l’Evangile par des chrétiens protestants. “Dans les années ’70, par rapport à aujourd’hui, il était plus facile de devenir chrétien venant de l’islam. A cette époque, n’étaient pas aussi répandues parmi les musulmans les positions radicales qui aujourd’hui mènent certains à demander que les crucifix soient enlevés même des murs des écoles et des hôpitaux catholiques.

Ensuite, Mohammed a demandé le baptême dans l’Eglise catholique et est devenu chrétien. Naguère représentant commercial, maintenant il est un grand-père heureux à la retraite avec trois petits-enfants, nés de leurs trois enfants, et il habite dans la région parisienne.

Il y a une dizaine d’années, en juin 2001, avec d’autres musulmans convertis au christianisme, il a fondé un groupe de prière et de soutien, Mère Qabel, qui a été accueillie dans le diocèse de Meaux, dans la région Ile de France.

“Chaque dimanche nous nous rencontrons pour prier afin que nos frères musulmans puissent aussi recevoir et accueillir l’appel du Christ. Cette prière fut approuvée en 2007. Nous aidons dans le chemin vers le catéchuménat tous ceux qui ont des difficultés à parvenir au baptême qui nous en font la demande”.

Chaque année Notre Dame de Kabylie accompagne, sur les paroisses du diocèse de Créteil, où se trouve le siège de l’association, mais aussi ailleurs, quatre ou cinq aspirants catholiques venus de l’islam.

Dans ce chemin – qui selon Christophe concerne 150 à 200 personnes chaque année en France, compte tenu seulement de ceux qui frappent à la porte de l’Eglise catholique, sans compter ceux qui arrivent dans les églises protestantes ou orthodoxes – une découverte, une révélation décisive et enrichissante les intéresse : la rencontre avec un grand nombre de personnages importants de l’Église des premiers siècles.

“Nous avons découvert que certains personnages des premiers siècles du christianisme venaient de nos terres d’origines, l’Algérie, le Maroc, la Tunisie, bref, ce qui est connu comme le Maghreb. Je pense à Tertullien, S. Cyprien et S. Augustin, qui est né et a grandi en Algérie.”

C’est ainsi que, naturellement, est née, d’abord dans le groupe de Notre Dame de Kabylie, puis chez les autres groupes qui suivent les “nouveaux chrétiens venus de l’islam”, l’idée d’un pèlerinage sur les traces de l’évêque d’Hippone. Du 26 au 30 août, 27 pèlerins seront à Pavie et à Milan ; parmi eux 17 personnes, entre les chrétiens venus de l’islam et les catéchumènes en chemin vers le baptême. “La plupart d’entre eux – nous explique Christophe – sont d’origine maghrébine”.

Dans les jours passés, l’agence AsiaNews a informé de ce pèlerinage en Italie, en indiquant que c’est la première initiative de ce type (“mais nous comptons la refaire dans les années à venir, pour aller à Rome aussi”, explique Christophe).

Il est donc prévu une visite à Milan, où S. Augustin fut baptisé par S. Ambroise, et à Pavie, qui garde les reliques de l’auteur des Confessions dans la basilique de San Pietro in Ciel d’Oro.

Participent également, à ce pèlerinage, l’association Saint-Augustin de Nantes, le groupe Myriam Baouardi et Charles de Foucauld des diocèses d’Albi et de Toulouse, ainsi que le groupe des « 2 rives » de Toulon.

L’intention de ce pèlerinage est de promouvoir et diffuser, de façon symbolique, une nouvelle conscience en matière de liberté religieuse. Y comprise la liberté de se convertir. “Les catholiques italiens et français doivent savoir que la liberté d’accueillir le christianisme – comme toute autre foi – est interdite par l’islam. C’est un scandale inacceptable. Pourquoi? L’islam invite tout le monde à la conversion et à devenir musulmans, mais un musulman ne peut pas devenir chrétien. Dans les pays islamiques tout ça est interdit et la conversion n’est pas acceptée par la communauté islamique même dans des pays comme la France ou l’Italie. Nous voulons dire “non” à cet apartheid, qui est contraire aux droits humains et aux constitutions de nos pays.” Le responsable de Mère Qabel souligne que dans les pays à majorité islamique comme le Maroc, l’Algérie, ‘et même en Arabie Saoudite’, il y a des conversions au christianisme. Mais ces personnes se cachent pour des raisons de sécurité. Christophe – qui porte un nom emblématique – celui qui porte le Christ – ressent profondément et personnellement ce défi: “je ne vois pas pourquoi je devrai être empêché d’approcher mes frères musulmans en leur proposant ma foi chrétienne. Je suis devenu catholique et j’ai vécu une expérience tellement magnifique que j’espère que d’autres personnes aussi puissent accepter de devenir enfants de Dieu et frères dans le Christ”.

Immigrés en France de l’Afrique du nord, ils ont découvert le Christ et l’Eglise. Mère Qabel, et ses associations, soutient par la prière du dimanche celles et ceux qui prennent le chemin du catéchuménat.

Il était Mohammed, maintenant il est Christophe: “Nous demandons la liberté religieuse. Même pour les musulmans qui deviennent chrétiens”.

L’article en italien avec les photos en page 2