Remerciements. Marie-Thérèse Urvoy, professeur à l’Institut Catholique de Toulouse, a accepté la reproduction de cet article (voir l’origine au début du texte PDF ci-dessous) sur le site Notre-Dame de Kabylie.