-1 Introduction

L’Aide à l’Eglise en Détresse (AED) vient de publier un rapport sur les chrétiens opprimés pour leur foi. Il est intitulé « Persecuted and Forgotten? A Report on Christians Oppressed for their Faith 2007/8«  (« Persécutés et oubliés? ») et montre une amplification des persécutions contre les chrétiens.

Le directeur de l’AED au Royaume-Uni, Neville Kyrke-Smith, résume ainsi la situation:

« Ce rapport montre que les chrétiens sont aujourd’hui les plus persécutés au monde. Les personnes sont conscientes que notre planète connaît un nombre considérable d’abus concernant les droits de l’homme, mais ne savent pas toujours que des millions de chrétiens sont privés de leurs droits. La situation empire car elle échappe largement à l’attention des médias. Nous souffrons d’une sorte de ‘politiquement correct religieux’, ce qui revient à dire que parler de persécutions contre les chrétiens n’est pas acceptable aujourd’hui pour les médias laïcs, ces derniers ne croyant parfois même pas aux faits qui leur sont rapportés ».

 
-2 Le rapport « Persécutés et oubliés? »
 
Une présentation (reproduite ci-dessous) est faite sur le site
 
C’est en train de devenir une tradition. Tous les deux ans, John Pontifex et John Newton de l’ »Aide à l’Église en détresse » en Angleterre, publient un livre qui relate la situation de chrétiens dans les pays du monde où ils sont encore persécutés pour leur foi.

« Rien ne semble échapper à l’attention des médias du monde entier, mais nous voyons rarement quelque chose sur la souffrance des gens à cause de leur foi« , a déclaré l’archevêque Georges Casmoussa de Mossoul (Irak) dans la préface du livre. Mgr Georges Casmoussa a été lui-même victime d’un enlèvement peu de temps après la chute de Saddam. Heureusement, il a été libéré après une journée. Cependant, d’autres, comme par exemple Mgr Rahho, cet autre archevêque de Mossoul retrouvé décapité en mars dernier, ont eu beaucoup moins de chance.

Les chrétiens semblent être persécutés d’avantage par les fidèles d’autres religions que par les États eux-mêmes (sans éclipser les effets de la législation de nombreux pays musulmans, comme l’Arabie Saoudite, ou la brutalité d’Etats communistes, comme la Corée du Nord). Plusieurs rapports internationaux montrent qu’aujourd’hui plus de 200 millions de chrétiens souffrent en raison de leur foi et sont confrontés à la violence et à des menaces de mort.

Dans ce rapport 2008 sur la liberté religieuse de l’organisation internationale « Aide à l’Église en Détresse », deux grands thèmes se distinguent. La première est l’observation que dans les pays traditionnellement communistes et les états avec un régime athée, il y a une nouvelle ouverture vis-à-vis du christianisme. C’est ainsi qu’à Cuba, le Cardinal Bertone a pu bâtir une nouvelle église.

D’autre part, il y a la douloureuse prise de conscience que l’extrémisme musulman augmente dans certains pays. Dans de nombreuses régions, les chrétiens doivent faire un choix: renoncer à la foi ou faire face aux conséquences. Pour beaucoup, cela signifie qu’ils sont exilés de leurs foyers, victimes de violences, voire tués. L’intensité de l’intimidation dans certains pays musulmans a encore aggravé la tendance déjà présente d’émigration des chrétiens. Nous assistons aujourd’hui à un véritable exode. En Iraq par exemple, où le nombre des chrétiens est passé de 1,4 millions en 1987 à moins de 400.000 aujourd’hui. Même en Terre Sainte – berceau du christianisme – le nombre de croyants chrétiens durant ces 60 dernières années a diminué de 20% à moins de 1,5% de la population. C’est pourquoi le Pape Benoît XVI a exhorté l’ »Aide à l’Église en détresse » de faire du soutien à l’Église du Moyen-Orient une priorité.

Avec plus de 5000 projets dans près de 140 pays l’ »Aide à l’Église en détresse » message réconfortant aux croyants. L’aide apportée est diverse : la formation des séminaristes, la construction et la réparation d’églises, l’aide aux prêtres démunis, le soutien à la catéchèse, la publication de la Bible de l’Enfant (vie laquelle nombre d’entre eux apprennent à lire) et l’envoi d’aide d’urgence aux réfugiés. Ainsi, l’ »Aide à l’Église en détresse » reste fidèle à l’héritage du Père Werenfried et continue à tendre la main aux chrétiens les plus pauvres et aux opprimés.

Le livre montre enfin comment malgré une situation parfois désespérée, il y a toujours de l’espoir. La poursuite de la présence de responsables de l’Église ouvre souvent des possibilités de coopération, apporte une chance sans cesse renouvelée de ressouder la confiance et le respect mutuel avec les autres confessions.
 
Ce livre en anglais est disponible sur
 
-3 Conclusion
 
Le cardinal Murphy O’connor estime que « nous avons tous beaucoup à apprendre du courageux témoignage de tous ces chrétiens persécutés pour leur foi » et que « nous devrions réfléchir à la manière dont nous pouvons exprimer notre solidarité à de tous ceux qui ont besoin de nos prières et de notre soutien ».