I- Notre foi doit être fondée sur Jésus-Christ d’abord et avant tout.
  • L’Eglise a été fondée par Jésus: Ne la quittons pas à cause de serviteurs infidèles. Simon est devenu Pierre pour être la pierre, le rocher sur lequel Jésus a bâti son Eglise.

Ceux qui ont lu les évangiles savent que Jésus n’a pas choisi Simon-Pierre parce qu’il était le meilleur de ses Apôtres. Son choix montre simplement qu’Il l’assisterait, justement parce qu’il n’était pas parfait. Qui est parfait ? Bien que Jésus ait demandé que « nous soyons parfaits comme votre Père Celeste est parfait », qui est assez fou pour croire qu’on peut l’être sans le secours de sa grâce ? Et encore, parmi les saints, qui a osé dire qu’il était devenu parfait ? Saint Paul, cet avorton d’apôtre, comme il aimait parfois se qualifier, est aussi :

[l’] homme en Christ, qui fut,…ravi jusqu’au troisième ciel (si ce fut dans son corps je ne sais, si ce fut hors de son corps je ne sais, Dieu le sait). [Or donc cet homme] fut enlevé dans le paradis, et il entendit des paroles ineffables qu’il n’est pas permis à un homme d’exprimer… ajoute néanmoins: Je me glorifierai d’un tel homme, mais de moi-même je ne me glorifierai pas, sinon de mes infirmités. Et le Seigneur lui a dit : Ma grâce te suffit, car ma puissance s’accomplit dans la faiblesse. Je me glorifierai donc bien plus volontiers de mes faiblesses, afin que la puissance de Christ repose sur moi.
  • Lui rester fidèle est un acte de foi posé au Christ :

Les faiblesses de l’homme, de tout homme, ne sont pas un obstacle pour l’assistance de Dieu, au contraire. Donc quand nous regardons nos frères en Christ et que nous observons, désolés ou courroucés, leur indécrottable situation de pécheurs invétérés, jugeons plutôt notre propre situation si souvent lamentable. L’infidélité, les erreurs des autres, voire leur reniement, ne seront pas des excuses valables aux yeux du Seigneur. Au contraire c’est l’occasion de marquer notre désaccord. Et plus encore l’occasion de témoigner de notre amour et de notre en Christ.

II- Notre foi doit être manifestée justement quand les autres l’abandonnent pour des motifs fallacieux.
  • Les motifs fallacieux sont nombreux, mais tous mènent, au final, à abandonner la foi en Jésus-Christ. À la relativiser d’abord, puis à ne plus croire en tel ou tel élément de la vie de Jésus : soit il n’est pas monté au ciel, soit il n’a pas marché sur les eaux, soit encore il n’a pas ressuscité Lazare. Ou Jésus est un grand homme, un grand prophète, mais il n’est pas Dieu, etc.
  • Voici un exemple de désistement qui gâche l’oeuvre rédemptrice que le Seigneur accomplit en nous. Cet échange (ci-dessous en PDF), avec un frère converti que nous avons appelé Pierre, comme le premier pape, date du 01/06/21.
Reniement à cause des autres

 

  • Oui le témoignage est le premier devoir d’un chrétien : témoigner du Christ quoi qu’il en coûte. Nous ne convertissons pas, c’est l’affaire de l’Esprit-Saint ; en revanche il nous incombe de témoigner de notre foi, de notre amour, de notre reconnaissance à notre Dieu et Sauveur.