L’auteur de « Candide au pays d’Allah« , Clotilde Clovis est passé à l’émission de Thibaud de la Tocnay, sur Radio Courtoisie: rien à dire sinon écouter.

1ère partie                       2ème partie                                  3ème partie

extrait du livre, avec autorisation des éditions QABEL

Rapporté dans le Coran
Rapporté dans l’évangile
 
(Rappelle-toi) quand les anges dirent : « Ô Marie! Certes, Allah t’a élue et purifiée ; et Il t’a élue au dessus des femmes des mondes. Ô Marie! Obéis à Ton Seigneur, prosterne-toi, et incline-toi avec ceux qui s’inclinent. » (Coran 3:42-43)
« Mentionne, dans le Livre (Coran), Marie, quand elle se retira de sa famille eu un lieu vers l’Orient.
Elle mit entre elle et eux un voile. Nous lui envoyâmes Notre Esprit (Gabriel), qui se présenta à elle sous la forme d’un homme parfait.
Elle dit : « Je me réfugie contre toi auprès du Tout Miséricordieux. Si tu es pieux, [ne m’approche pas]
Il dit : « Je suis en fait un Messager de ton Seigneur pour te faire don d’un fils pur ».
Elle dit : « Comment aurais-je un fils, quand aucun homme ne m’a touchée et que je ne suis pas prostituée ? »
Il dit : « Ainsi sera-t-il ! Cela M’est facile, a dit ton Seigneur ! Et Nous ferons de lui un signe pour les gens, et une miséricorde de Notre part. C’est une affaire déjà décidée. »
 
 
 
Au sixième mois, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, auprès d’une vierge fiancée à un homme de la maison de David, nommé Joseph. Le nom de la vierge était Marie.
Étant entré où elle était, il lui dit :  » Salut, pleine de grâce ! Le Seigneur est avec vous; [vous êtes bénie entre les femmes].  » Mais à cette parole elle fut fort troublée, et elle se demandait ce que pouvait être cette salutation.
L’ange lui dit :  » Ne craignez point, Marie, car vous avez trouvé grâce devant Dieu. Voici que vous concevrez, et vous enfanterez un fils, et vous lui donnerez le nom de Jésus…
Marie dit à l’ange :  » Comment cela sera-t-il, puisque je ne connais point l’homme? « 
L’ange lui répondit :  » L’Esprit-Saint viendra sur vous, et la vertu du Très-Haut vous couvrira de son ombre. […] car rien ne sera impossible pour Dieu. « 
 
 
Elle devint donc enceinte [de l’enfant], et elle se retira avec lui en un lieu éloigné.
Puis les douleurs de l’enfantement l’amenèrent au tronc du palmier, et elle dit : « Malheur à moi ! Que je fusse morte avant cet instant ! Et que je fusse totalement oubliée ! »
Alors, il l’appela d’au-dessous d’elle : « Ne t’afflige pas. Ton Seigneur a placé à tes pieds une source.
Secoue vers toi le tronc du palmier : il fera tomber sur toi des dattes fraîches et mûres.
Mange donc et bois et que ton œil se réjouisse !
Si tu vois quelqu’un d’entre les humains, dis : « Assurément, j’ai voué un jeûne au Tout Miséricordieux : je ne parlerai donc aujourd’hui à aucun être humain. »
Puis elle vint auprès des siens en le portant. Ils dirent : « Ô Marie tu as fait une chose monstrueuse !
Sœur d’Haroun, ton père n’était pas un homme de mal et ta mère n’était pas une prostituée. »
Elle fit alors un signe vers lui [le bébé]. Ils dirent : « Comment parlerions-nous à un bébé au berceau ? »
Mais (le bébé) dit : « Je suis vraiment le serviteur d’Allah. Il m’a donné le Livre et m’a désigné Prophète.
Où que je sois, Il m’a rendu béni, et Il m’a recommandé, tant que je vivrai, la prière et la Zakat ; et la bonté envers ma mère.
Il ne m’a fait ni violent ni malheureux.
Et que la paix soit sur moi le jour où je naquis, le jour où je mourrai, et le jour où je serai ressuscité vivant. »
 
 
 
Marie dit alors :  » Voici la servante du Seigneur : qu’il me soit fait selon votre parole !  » Et l’ange la quitta.
En ces jours-là Marie partit et s’en alla en hâte vers la montagne, en une ville de Juda. Et elle entra dans la maison de Zacharie, et salua Élisabeth. Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit dans son sein, et elle fut remplie du Saint-Esprit.

Et elle s’écria à haute voix, disant:  » Vous êtes bénie entre les femmes, et le fruit de vos entrailles est béni. Et d’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne à moi?

Car votre voix, lorsque vous m’avez saluée, n’a pas plus tôt frappé mes oreilles, que l’enfant a tressailli de joie dans mon sein. Heureuse celle qui a cru ! Car elles seront accomplies les choses qui lui ont été dites de la part du Seigneur ! « 
Joseph aussi monta de Galilée, de la ville de Nazareth, en Judée, à la ville de David, qui s’appelle Bethléem, parce qu’il était de la maison et de la famille de David, pour se faire recenser avec Marie son épouse, qui était enceinte.
Or, pendant qu’ils étaient là, le temps où elle devait enfanter s’accomplit, et elle mit au monde son fils premier-né, l’emmaillota et le coucha dans une crèche, parce qu’il n’y avait pas de place pour eux dans l’hôtellerie. […]
Un ange du Seigneur parut [aux bergers]…Il leur dit : » Ne craignez point, car je vous annonce une nouvelle qui sera pour tout le peuple une grande joie : il vous est né aujourd’hui, dans la ville de David, un Sauveur, qui est le Christ Seigneur. […] » Tout à coup se joignit à l’ange une troupe de la milice céleste, louant Dieu et disant :  » Gloire, dans les hauteurs, à Dieu ! Et, sur terre, paix chez les hommes de bon vouloir !  » […] les bergers se dirent :  » Passons donc jusqu’à Bethléem, et voyons cet événement qui est arrivé, et que le Seigneur nous a fait connaître. »
 […] Quant à Marie, elle conservait avec soin toutes ces choses, les méditant dans son cœur.[…] Or, […] à Jérusalem un homme nommé Siméon;[…] juste et pieux, qui attendait la consolation d’Israël, et l’Esprit-Saint était sur lui. L’Esprit-Saint lui avait révélé qu’il ne mourrait point avant d’avoir vu le Christ du Seigneur. Il vint donc dans le temple, poussé par l’Esprit. Et comme ses parents amenaient l’enfant Jésus […], lui-même le reçut en ses bras, et il bénit Dieu : « Maintenant, ô Maître, […] mes yeux ont vu le salut, que vous avez préparé à la face de tous les peuples, lumière qui doit éclairer les nations et gloire d’Israël, votre peuple.  » (Lc 2,15-32)
 
Tel est Aïssa, fils de Marie : parole de vérité dont ils doutent.
 
 
Et Siméon les bénit, et il dit à Marie, sa mère :  » Voici qu’il est placé pour la chute et le relèvement d’un grand nombre en Israël, et pour être un signe en butte à la contradiction, – vous-même, un glaive transpercera votre âme, – afin que soient révélées les pensées d’un grand nombre de cœurs. »
 
Il ne convient pas à Allah de S’attribuer un fils. Gloire et pureté à Lui ! Quand Il décide d’une chose, Il dit seulement : « sois ! » et elle est. (Coran 19:22-35).
 
 
Il sera grand et sera appelé fils du Très-Haut; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père; il régnera éternellement sur la maison de Jacob, et son règne n’aura point de fin. « […]
C’est pourquoi l’être saint qui naîtra sera appelé Fils de Dieu.